Emission 641 Henry Flynt, the Inmates, the Crawdaddys et the Primates - Dans la cosmogonie psyché, Henry Flynt fait figure de précurseur, un père fondateur caché et méconnu des rives les plus répétitives et les moins cérébrales du genre - Londres, 1978, Peter Gunn (né Peter Staines, guitariste), Ben Donnelly (bassiste) et Tony Oliver (guitariste rythmique) viennent de quitter le groupe Mike Spencer & the Cannibals. Ils veulent monter un groupe plus orienté rhythm’n’blues et soul music et passent pour cela des annonces dans les journaux spécialisés comme le NME, Melody Maker ou le journal Sounds. Bill Hurley, jeune chanteur qui vient de refuser une opportunité de chanter pour les Count Bishops et qui travaille le jour dans l’édition, remarque l’annonce et y répond. L’entente est si bonne que les Inmates naissent sur le champ et commencent à sévir dans les pubs anglais comme le Hope & Anchor d’Islington, un des hauts lieux du punk anglais - The Crawdaddys sont-ils les premiers à être clairement identifiés comme « revivalistes » du rock garage ? Nés en 1978 à San Diego en Californie, ils tiennent leur nom du Crawdaddy Club à Londres où ont démarré les Rolling Stones et les Yardbirds mais aussi du premier magazine américain de fans de rock’n’roll fondé en 1966 par Paul Williams. Ron Silva et Steve Potterf, ex-Hitmakers, ne jurent que par les groupes sixties de la British Invasion, jusqu’à reproduire le son d’époque et inciter le public à écouter le tout sur du matériel bon marché - Au début des années quatre-vingt, les Primates, originaires de Manhanttan Beach en Californie sont partie intégrante de la scène punk-hardcore locale composée entre autres de Black Flag, Descendents, Bad Religion ou Red Cross. En 1984, ils changent de look, s’habillent sixties (boots Beatles, pull à col roulé) et jouent le répertoire des Seeds, Stooges ou Flamin’ Groovies. Ce qui leur vaut d’être repérés par Greg Shaw et de devenir rapidement la coqueluche du Cavern Club, l’antre de la scène garage de Los Angeles.

La Playlist:
Henry Flynt: Celestial Power (Psychédelic Version)
the Inmates: Danger Zone - Dirty Water - If Time Could Turn Backwards - Back In History – (J) - I Can’t Sleep – Jealousy - Love Got Me - Midnight To Six Man - The Walk - You’re The One That Done It.
the Crawdaddys: Let’s Make It - Raining Im My Heart - Oh Baby Doll - Come See Me - I’m A Lover Not A Fighter - Mystic Eyes - I Wanna Put A Tiger In Your Tank - Start Talkin' – (J) -I Just Don't Understand - That is Rock And Roll - She Just Left Me.
the Primates: I Got Nightmares - I Go Ape - I Ain’t Like You - Just My Kind - Sometimes She - Cheat Steal Lie - You Drive Me Wild - the Creep
Bonne Ecoute...

Bibliographie :
Rock Garage: Fuzz, Farfisa & Distortions, Christophe Brault, Le Mot et le Reste, 2016.
Rock Psychédélique: un voyage en 150 albums, David Rassent, Le Mot et le Reste, 2017.

RSS - itunes

Ajouter un commentaire